Agroscope

Capua ou Tordeuse de la pelure (Adoxophyes orana)

Description et biologie

Les papillons au repos mesurent environ 1cm. Les mâles sont plus petits et d'un brun plus clair que les femelles.

La ponte compte 30 à 100 oeufs jaune clair.

Les larves sont verdâtres et mesurent jusqu'à 20 mm. Leur tête est sombre lorsqu'elles sont jeunes et jaune miel à l'état adulte. Les pupes, brunes, mesurent environ 1 cm.

L'espèce est présente dans toute l'Europe et l'Asie, elle est polyphage et peut s'alimenter de feuilles et fruits de diverses espèces dont les arbres fruitiers à pépins et noyaux. Elle est plus fréquemment rencontrée dans les zones de productions intensives. Sa présence est accentuée en cas de ressources abondantes de jeunes feuilles et par la diminution d'Ichneumon. Dans la plupart des régions, les tordeuses ne sont pas de considérées comme ravageurs.

L'espèce hiverne sur les arbres en tant que jeunes larves dans un cocon blanc dans des fentes de l'écorce ou sous des écailles des branches épaisses, surtout, et du tronc. En avril, les larves reprennent leur activité et dévorent bourgeons et jeunes feuilles. Fin mai, en fin de floraison des pommiers, elles forment des pupes au niveau de feuilles endommagées. Le premier vol des papillons adultes commence fin mai et se poursuit pendant trois semaines. Les larves de la génération estivale se développent en juillet. Elles se trouvent surtout au niveau des jeunes pousses en croissance où elles relient par tissage de jeunes feuilles entre elles. Une partie des larves assemble par tissage une feuille à un fruit (ou encore deux fruits en contact) et dévore à la fois la feuille et la surface du fruit. Les jeunes larves mangent d'abord de petites bouchées de la peau du fruit, et laissent des traces de morsures. Les larves plus grandes dévorent de larges parties de la surface du fruit de quelques cm2 de dimension. Les blessures dues à ces morsures sèchent mais ne peuvent pas cicatriser. L'importance des dégâts sur les fruits dépend des années et d'une variété à l'autre. Les larves adultes de la génération d'été se nymphosent. Après 10-15 jours, les papillons de 2ème génération éclosent. Le 2ème vol a lieu en août. La génération de larves d'automne provoque principalement de fines morsures à la surface des feuilles et moins fréquemment au niveau des fruits. Ces dernières morsures sont fraîches en comparaison des morsures desséchées dues à la génération d'été. En cas d'été frais, une partie des larves de la génération d'été part directement hiverner.

Méthodes de surveillance et seuil de tolérance

Les larves de la capua se rencontrent au printemps, en été et automne. Le premier vol des papillons a lieu en juin, le second en août. L'époque des vols peut être contrôlée par des phéromones. Elles donnent aussi des indications pour prévoir la force des invasions. Si par semaine, moins de 30 papillons sont capturés, il n'y a pas de danger de dégâts.

Pour évaluer les dangers d'attaque, des contrôles visuels des attaques de larves sont à effectuer avant ou pendant la floraison, puis en juillet et fin août ainsi qu'à la récolte. Contrôle avant et pendant la floraison: des dégâts foliaires et floraux significatifs dus à la génération actuelle sont attendus en premier lieu quand des larves sont retrouvées sur plus de 8% des inflorescences. Le contrôle est très important car il permet l'évaluation de la taille probable de la génération d'été. Une attaque de plus de 1% de inflorescences peut mener à des dégâts par la génération d'été. Contrôle estival : En juin/juillet, il faut contrôler les pousses de l'année dans les sites exposés/ en danger. Si plus de 5-8% des pousses sont attaquées, il y a danger de dégâts sur les fruits et un traitement est indiqué. Le contrôle permet aussi d'estimer l'abondance de la génération d'automne. Dans les exploitations fruitières dans lesquelles aucun dégât dû à la tordeuse capua n'a été observé en été ou pendant la récolte. Il n'y aura aucun danger pour l'année suivante et un traitement au printemps n'est pas nécessaire.

Lutte et produits phytosanitaires

La tordeuse capua n'a pas la même distribution dans toutes les régions. Dans certaines zones, comme en Suisse orientale, un traitement n'est nécessaire que tous les 2 à 3 ans, voire pas du tout la plupart du temps. Différents produits de traitement peuvent être appliqué à différentes périodes pour lutter contre ce ravageur.

Les virus de la granulose agissent très spécifiquement et lentement. Ils doivent être appliqués aux stades de développement bourgeons verts (BBCH 56-57) et ballonnets (BBCH 59). L'application est aussi possible en été, toutefois ils agissent lentement et les dégâts estivaux sont à peine atténués.

L'utilisation de la technique de confusion est possible comme moyen de lutte secondaire. Des dispensateurs combinés de phéromones du carpocapse et de la tordeuse permettent d'éviter le redéveloppement de population de tordeuses dont les niveaux de population sortie d'hivernation sont bas, au sein de parcelles isolées.

Les matières actives tébufénozide, méthoxyfénozide, émamectine benzoate, indoxacarbe, spinetoram et spinosad agissent sur tous les stades larvaires. Les jeunes larves sont les plus sensibles. Tous ces produits peuvent être appliqués immédiatement avant la floraison (pas plus tôt) et agissent aussi contre les larves de phalènes et de noctuelles. Ces produits peuvent être appliqués en été (fin juin à début juillet). Ils agissent aussi contre le carpocapse et les petites tordeuses des fruits. Exceptionnellement (forte attaque de variétés de stockage), un traitement avec de l’émamectine benzoate, l'indoxacarbe, du spinetoram ou spinosad contre les petites larves d'automne peut s'avérer nécessaire. Toutefois, ceci ne réduit pas la population de tordeuse durablement.


Agroscope - © 2019
Contact: Dominique Mazzi |  Bases légales/Disclaimer